Dur dur d’être une maman

Et oui, la vie de maman n’est pas toujours facile. En ce moment je suis dans une phase où je galère vraiment. Alors non je n’ai pas de mal à m’occuper de mes filles, à faire leur couchés etc… Juste en ce moment je dois faire face à la fameuse crise d’adolescence des 4 ans de Lia.

Vous connaissez peut être la fameuse « crise » des 2 ans (et environ), plus connu sous le nom de « terrible two« , où l’enfant veut montrer son indépendance, qu’il sait faire seul (même si ce n’est pas forcement le cas) et autre chose du genre caractérisées par de nombreuses crises de larmes, ben à 4 ans c’est pareil mais en pire. Certains appellent ça le « Fucking four« , moi je n’aime pas trop ces appellations, mais waouh, ça dépote tout de même.

« J’en ai marre de cette maison », « c’est nul ici », « machin chose n’est pas gentil », « maman t’es pas gentil » et j’en passe. C’est à longueur de journée, rien ne va jamais. J’ai beau me donner corps et âme pour cette boule de bébé devenu petite fille, mais non, rien ne va…

« De toute façon moi j’ai 4 ans« 

 Une vrai petite ado avant l’heure (de plus qui est du signe astrologique Lion), qui croit qu’à 4 ans elle peut tout décider. Et vas y que je n’écoute pas, et vas y que je boude à la moindre petite contrariété, et vas y que je veux imposer mes lois, et vas y que je m’en prend à ma sœur de 2 ans et demi, et vas y que je claque les portes et tape dans les murs. C’est comme ça du matin jusqu’au soir à la maison. A l’école tout va très bien, une vrai petite élève modèle, enfin ça c’est seulement le matin. Car l’après-midi elle s’amuse à empêcher ses petits camarades de classe à faire leur petites siestes. Elle c’est du coup retrouvée dans la classe de la directrice (aie aie aie).

Heureusement qu’on aborde ça avec bienveillance, que l’on sait que c’est une phase normal de son développement. Mais il y a des moments où je m’en tire les cheveux et que j’élève la voix de fatigue (ben oui j’ai mon « terrible two » à gérer à coté et mon bébé de 3 mois et demi), chose que je regrette amèrement par la suite quand ça arrive et je m’excuse 10 000 fois auprès d’elle tout de suite derrière.

Alors oui, c’est dur dur la vie de maman, tout cela me fait un petit aperçu de se que je vivrais d’ici 9-10 ans. En attendant je me bourre de mes lectures d’Isabelle Filliozat, de Catherine Gueguen . J’ai d’ailleurs super hâte d’être à la conférence d’Isabelle Filliozat le 21 octobre à Montpellier, en espérant qu’elle aborde cette phase là du développement de l’enfant afin de m’aider encore plus à comprendre ma fille et de passer cette phase plus facilement. Car même si je sais que c’est normal, il m’arrive de douter de moi et de me dire « j’ai fais une erreur quelque part ».

Mais à côté de sa petite crise de presque adolescence, ça reste la petite fille généreuse, respectueuse, tendre et merveilleuse, que j’ai mis au monde. Et je l’aime avec ses sœurs, bien plus que tout au monde.

Publicités

Une réflexion sur “Dur dur d’être une maman

  1. Nous on est en plein « terrible two » avec notre premier : des colères à gogo difficiles à gérer pour moi (et il le ressent bien …), avec sa petite sœur d’un mois à s’occuper ;-( Vivement que ça aille mieux avec nos p’tites bouilles qui se rebellent et grandissent …

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s