Tu connais?

Compete 3eme et 4eme categorie 043Tu connais le coup de foudre animalier? Celui qui te tombe dessus sans même tant rendre compte, celui qui te prend aux tripes et que tu ne peux pas passer un instant sans celui ci?

Moi je l’ai connu, il y a de ça plus de 12 ans. Melba, petite jument grise de race connemara, ponette de caractère, mais avec un cœur remplis de tendresse. Je me souviens avoir croiser le regard de cette petite pouliche, qui venait d’arriver au club avec ses 4 sœurs, après avoir passé du temps auprès de leur mamans. Elle avait 2 ans et quand je l’ai vu j’ai su que cette ponette et moi allons connaître une grande histoire d’amitié. Depuis le tout début je m’en occupe, la monte régulièrement. Mon amour pour elle grandit à chaque instants. Et puis enfin le jour, où mes parents m’annoncent qu’ils acceptent de me prendre un cheval de club en pension (sorte de location). Tout de suite mon choix se tourne vers cette petite ponette avec qui j’avais déjà entamé une belle histoire. J’avais déjà ma magnifique jument Erice, où nous étions et sommes toujours ses propriétaire, mais quelques soucis au niveau de ses jarrets, qui m’empêchaient de pouvoir le monter à tout mes cours. Il y avait également ma ponette Natascha, pour qui la aussi nous sommes ses propriétaire et encore aujourd’hui, mais trop petite pour moi, donc impossible de faire avec elle tout ce que je devais faire maintenant. Cette Melba était parfaite, elle était jeune, ne savait pas faire grand chose, mais ça c’était pas grave, on allait lui apprendre, elle allait devenir pour moi un vrai objectif, celui de l’emmener très haut. Septembre 2005, chose faite, cette petite merveille était enfin à moi. Vous ne pouvez pas imaginer la joie que j’ai ressenti au fond de moi. Mon rêve, enfin touché du doigt…

Nous avons commencé à nous entraîner très régulièrement, je passais tout mes mercredi, samedi et dimanche avec elle, de tôt en début d’après midi, jusqu’à se que la nuit tombe, par moment j’y resté même la journée…. Nous avons commencé les compétitions très rapidement, puis nous sommes monté en niveaux. Nous avons fait les championnat de France 2007 ou nous avons était classé. J’ai demandé à faire mon apprentissage d’élevage équin dans le centre où nous étions, pour pouvoir la voir tout les jours et la monter tout les soirs après le travaille aux écuries. Quand je suis tombé malade du dos et que j’ai du resté de très longs mois sans pouvoir monter, j’allais la voir tout les jours pour m’en occuper. Vivre sans elle était juste impossible…. Nous avions une complicité que personne ne pouvait comprendre, ce n’était pas la jument rêvé de tout le monde, elle n’était pas parfaite, mais à mes yeux elle l’était et je ne l’aurais échangé pour rien au monde….

Je me souviens de ses coups de tête sur les fesses des que je me baissai devant elle, comme pour jouer. Comment elle frottait sa tête contre moi après un entrainement. Comment elle m’appelait à travers l’écurie ou le près quand j’arrivais. Comment elle me volait mon goûté que je mettais dans un sac à dos fermé dans son box, la coquine elle y arrivait quand même. Comment elle me donné ses pieds rien que lui disant « donne pied », sans la toucher, comment elle me suivait en liberté total, sans jamais changer de direction. Comment elle écouté les ordres rien qu’a la voix quand je le travaillé au sol. Les longues heures qu’on passé à lui faire brouter l’herbe verte. Les « pleins cul galop », comme on dit, qu’on faisait dans les champs ou sur le terrain de cross. Les magnifique randonnées, nos compétitions…. Son naseau qu’elle posait sur mes ventres de femme enceinte…. Les câlins qu’elle à donné à Lia qui était encore toute petite…. Il y en tant de souvenirs avec cette ponette, qui était ma meilleur amie, ma confidente, même plus que ça….

Et le 1er Septembre 2013 tout à changé…. J’avais appris ma seconde grossesse le 28 Mai 2013 et c’était maintenant impossible pour moi de continuer ma pension, car financièrement, avec un deuxième enfant ça n’aurait pas était, surtout qu’on devait déménager pour une maison plus grande… J’ai du tout arrêter à contre cœur et ce fut le plus grand déchirement de toute ma vie….

Aujourd’hui ça va faire bientôt 2 ans que je ne l’ai pas vu. 2 ans que je la pleure tout les jours. Car cette jument je l’aimais d’un amour indescriptible… Son manque se fait ressentir au quotidien. Il ne se passe pas une journée sans que je ne pense à elle. Heureusement j’ai mes deux autres juments qui m’aident. Mais ma douce Melba n’est plus là pour me faire rire…. Je n’ai pas pu rester au club non plus. Et je n’ai pas la force d’aller la voir. J’ai tellement envie, mais j’ai peur de m’écrouler devant elle….

Je l’aimerai toute ma vie sans limite et toute ma vie ce sera à mes yeux ma jument. Car nous deux c’est un véritable coup de foudre….

20070121-0213

DSC_0036

DSC_0228

IMG_2289

IMG_2300

IMG_4016

IMG_6270

IMG_6250

Melba des Pialoux

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s