La grossesse reste ancrée

10933765_1604326029799601_836441818765352445_n

Il y a un jour où tu décide de devenir mère, et le jour où enfin tu as ton premier petit + qui s’affiche sur cette drôle de tige. Pour moi c’était à l’âge de 19 ans que cette envi de fonder ma famille fut la plus forte, je l’avais depuis déjà 3 ans, mais la c’était sur. Après un passé difficile et enfin une belle rencontre je savais que c’était avec lui que je voulais cet enfant à naitre.

A l’âge de 21 ans, enfin mon désire se réalise et je vois ce magnifique résultat, des larmes qui coule le long de mes joues et une joie immense.

Début de grossesse difficile où après 2 semaine de pure bonheur on nous annonce que je suis entrain de perdre mon bébé tant désiré, enceinte de seulement 1 mois. Une nouvelle terrible pour nous. 1 semaine complète où je ne sort plus de mon lit, je passe mes journées à pleurer ou à dormir. Et puis le rendez vous pour savoir si j’ai besoin d’un curetage. Une salle d’attente remplis de futures parents avec de futures mamans et un ventre tout rond. Je regarde le mien qui est maintenant vide et sans vie. Ma gorge se noue. On m’appel, je rentre dans la salle en compagnie de celui qui partage ma vie et m’allonge pour passer cette fameuse échographie. Je vois le médecin chercher, je n’ose pas regarder. Et la nouvelle tombe…. « Votre bébé à tenu le coup, et regardez son cœur bat! ». Je n’ai plus rien entendu à partir de ce moment la « son cœur bat » la phrase qui raisonnée dans ma tête. Le reste de ma grossesse se déroule à merveille, malgré une puce placé très bat et entre 30 et 40 contraction par jour depuis mes 5 mois de grossesse, c’était merveilleux. J’ai savouré chaque instant, chaque coups de pied. Jusqu’au 5 Août 2012 où je me sent très mal, après un tour au urgence on m’annonce que je fais une pré éclampsie et qu’il faut faire naître ma petite fille, je suis à 35 semaines de grossesse. Le 6 Août 2012 après 11h30 de travail et 1 heure de poussées mon ventre se retrouve vide, mais mon cœur remplis de bonheur et mes bras protecteur de cette belle petite poupée.

Au fil des mois, malgré l’immense joie d’avoir ma fille prés de moi, le vide dans ce ventre de la vie se fait sentir, je veux un deuxième enfant, mais pour le moment on préfère attendre.

Mais voilà que 9 mois après la naissance de cette petite merveille, à 22 ans, mon ventre se retrouve de nouveau avec une nouvelle vie en construction. Je l’apprend seul dans notre petit appartement, avec mon bébé de 9 mois à mes cotés. Je pleure de joie mais également de peur car tout ça n’était pas vraiment prévu. Mais ce petit bébé je l’aime déjà très fort et rien ne pourra me séparer de lui.

Une grossesse plutôt difficile, je suis très fatigué, et voilà que je fais un décollement placentaire à 6 semaines de grossesse. Je suis alitée pour une période indéterminé. Par chance en 2 semaines le problème rentre en ordre. Les mois suivant restent merveilleux, je savoure chaque instants comme le dernier. J’ai des passade difficile comme des sciatique paralysante, mais être enceinte c’est ce que j’aime. A 31 semaines en pleins change de Lia, celle ci me donne un violant coup de pied dans le ventre, j’ai le souffle coupé, j’ai mal. Les heures passent et j’ai toujours autant mal. Au retour de papa nous décidons de nous rendre aux urgences. J’ai de nouveau un décollement placentaire et on me garde hospitalisé en grossesse à risque, j’ai peur. A peine arrivé dans ma chambre et placé sous monitoring, de très forte contractions régulière, mon col qui se modifie, je suis en pleins travail. On me donne des médicaments pour arrêter les contractions, mais ça ne marche pas. On me met donc sous perfusion, le plus fort produits qui existe pour arrêter un travail. Je reçois des piqures pour faire maturer les poumons de ma fille. Après 4 jours de lutte le travail c’est enfin arrêté et je peux enfin retourner auprès de ma famille. La suite des semaines ce déroule à merveille, toujours des contractions, mais plus de danger pour nous. A 35 semaines de grossesse me revoilà dans le même état que pour ma première grossesse. Direction les urgences, installé sous monitoring un nouveau début de travail, on me dit que c’est pour ce soir, mais j’ai le droit d’aller faire un tour pour manger, le temps d’attendre les résultats d’une prise de sang. Nous allons manger chez mes beaux parents, les contractions font mal et sont régulière. Au retour à la maternité le travail s’est arrêté. Mais on me garde car suspicion de pré éclampsie. Je reste hospitalisé 1 semaine. Je suis déprimer loin de mon premier bébé et du papa. Vivre la fin de sa grossesse dans un hôpital c’est horrible. Je n’arrive pas à savourer ces derniers moments, mais je parle beaucoup à ce petit bébé. Au bout d’une semaine d’hospitalisation je part en malaise, la pré éclampsie est belle et bien la, on me déclenche mon déclenchement… 17h15 de travail et 20 minutes de poussées mon séparé entre mes derniers instant avec ce bébé rien que pour moi et la découverte d’un nouveau monde.

La grossesse, même les moments les plus difficiles, reste quelque chose de merveilleux. Sentir la vie en nous, avoir cette sensation de force surhumaine car nous construisons un petit être à vivre. Le revivre une dernière fois? Oui et avec grand plaisir.

Quelque chose qu’on oublie pas!

Publicités

Une réflexion sur “La grossesse reste ancrée

  1. Bouh.. ton article m’a fait pleurer !!
    comme a chauqe fois que je lit des recit de grossesse ou d’accouchement avec mon petit bébé de 7 mois la plus belle année d ema vie est en gravée dans mon coeur et mon esprit comme tu le dit c’est quelque chose qui ne s’oublie pas !
    tu n’as pas eu des grosseesse facile encore moins que moi je voie ! mais sa ne nous empeche pas d’avoir tant de bon souvenir et fait de beau bébé 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s